Tous les mots sont formés du sons. Il existe un peu plus de 36 sons constitutifs du français (42 anglais), représentés cependant par 26 lettre seulement. Pour lire et écrire, les enfants doivent pouvoir dire couramment les sons liés à ces lettres. 



Atelier SOS Education, Paris 


Comment aborder l’anglais en classe ?

avec Rachel GRIFFIN, enseignante à la British School of Paris

Date de l'atelier : le 20 / 02 / 2013

Les Français sont-ils condamnés à être nuls en anglais ?

Depuis des années, on tente d’enseigner l’anglais dès les petites classes, sans résultats.

La France se traine dans les derniers rangs pour la maitrise des langues étrangères. Et pourtant, des solutions existent qui nous viennent tout droit d’Outre-Manche. 

C’est ce que Rachel Griffin, professeur à la British School of Paris et formatrice en anglais est venue expliquer à des enseignants, tous niveaux confondus, lors de l'atelier du mercredi 20 février organisé par SOS Éducation.


Changer d’approche 

En France, pour apprendre une langue, on démarre par le vocabulaire, la grammaire, bref, l’écrit domine. 
Pourtant, avant de s’écrire, une langue se parle et s’écoute. Partant de ce principe, Rachel propose de commencer par maitriser les sons de la langue.



C’est l’approche phonologique, utilisée dans le monde entier et même au Royaume-Uni pour apprendre l’anglais aux élèves non-anglophones
A chaque son correspondent une histoire et un geste pour permettre aux plus petits de bien retenir la prononciation. 

Les enfants participent ou sont actifs  et apprennent en même temps à bien prononcer l’anglais.

 

 

Avec les petits, les débuts doivent être progressifs


Pas besoin d’y passer beaucoup de temps, surtout au début. « Avec les plus petits, explique une enseignante de primaire, je fais 5 à 10 minutes d’anglais par jour ».  
C’est la régularité et la répétition qui comptent.

En maitrisant la prononciation des sons, les élèves reconnaissent et mémorisent facilement les mots, les verbes. Entre les images, les gestes, ils comprennent rapidement le sens, et peuvent rapidement lire des histoires simples.

Certains éditeurs anglais (Jolly Learning, Oxford Tree) ont mis au point des tout petits livres d’histoires  qui ne comportent que les sons et donc des mots que les élèves connaissent déjà.

 


Faire travailler l’imagination pour mieux faire travailler la grammaire

En revisitant le jeu du cadavre exquis, Rachel parvient à faire travailler le vocabulaire et la grammaire, tout en donnant à ses élèves les moyens de s’exprimer.

Au départ, deux mots : « the house ». Chaque élève ajoute qui un adjectif, qui une proposition pour en faire une phrase complète qui a du sens :


« the big house »       « the big house where I live »       « the big house where I live with my mother is  behind the corner… »


Les élèves se prennent au jeu pour faire la phrase la plus longue possible, tout en utilisant les notions grammaticales qu’ils ont apprises.

 

Des jeux de rôles pour travailler l’oral



En bac pro, plus question de raconter des histoires ou de faire des gestes. « Les élèves sont paniqués, raconte un professeur d’anglais de terminale: ils n’ont pas le niveau, ils ont surtout travaillé à l’écrit. Or,  au bac, ils ont un examen oral ». 

La solution préconisée par une enseignante de BTS : les jeux de rôle. « Les élèves se mettent en situation et oublient leurs réticences à s’exprimer en anglais devant les autres. Au contraire, cela les entraine ».



Aborder les difficultés des élèves en les faisant agir


Pour expliquer le présent progressif, l’une des pires difficultés de la grammaire anglaise pour un Français, Rachel utilise l’action. 

Les élèves sont en cercle, chacun mime une action de son choix Tous les élèves se prêtent au jeu sauf un qui est chargé d’interroger un élève de son choix sur ce qu’il est en train de faire : « What are you doing ? » « I’m driving a car ». 
L’élève n’a pas le droit d’arrêter son mime tant qu’il n’a pas été interrogé. 

La simulation est mise au service de la compréhension et de la mémorisation.

 

Internet, des ressources pour les élèves … et pour les enseignants

Il existe de nombreux sites pour varier les activités ou trouver de nouvelles idées pour que les élèves s’expriment.

Pour les plus petits :

  • http://jollylearning.co.uk :  le site de l’éditeur présent dans plus de 100 pays dans le monde propose de multiple ressources : des gestes et des moyens mnémotechniques pour se rappeler le son des lettres, la prononciation des sons en anglais.
  • http://www.instantdisplay.co.uk/literacy.htm un site dédiés aux enseignants britanniques : des posters pour rappeler les règles de grammaire, des fiches memo et des conseils pour les élèves…le tout en anglais !
  • http://learnenglishkids.britishcouncil.org/en/ :  des jeux pour réviser les règles de grammaire, des quizz, des chansons, des histoires et des questions… toutes les ressources du British Council pour réviser l’anglais à la maison.

Pour les enseignants qui ne sont pas sûrs de leur prononciation :

  • www.english.yabla.com
    en plus des vidéos sous-titrées (avec traduction), ce site propose des listes de mots accompagnées de leur prononciation


 

Pour les adolescents :

  • http://fr.english-attack.com à partir d’extraits des films les plus récents, des exercices pour travailler la compréhension et l’expression en anglais